• Titre:L'âme du Monde

    Auteur:Frédéric Lenoir

    Edition: Nil

    Publication: 2012

    Genre: développement personnel, religion

     

     

    L'histoire: Pressentant l'imminence d'un cataclysme planétaire, sept sages venus des quatre coins du monde se réunissent à Toulanka, monastère perdu des montagnes tibétaines, pour transmettre à Tenzin et Natina, deux jeunes adolescents, les clés de la sagesse universelle. Au-delà des divergences culturelles et historiques de leurs traditions respectives, ils s'appuient sur leur expérience personnelle et se savent inspirés par ce que les philosophes de l'Antiquité appellent l'Âme du monde : la force bienveillante qui maintient l'harmonie de l'univers.

    Leur message répond aux questions essentielles : quel est le sens de mon existence ? Comment réussir ma vie et être heureux ? Comment harmoniser les exigences de mon corps et celles de mon esprit ? Comment apprendre à me connaître et à réaliser mon potentiel créatif ? Comment passer de la peur à l'amour et contribuer à la transformation du monde ?

    Loin des croyances dogmatiques, ils ouvrent le chemin simple et concret d'un humanisme spirituel qui aide à vivre.

    À la suite de son Petit traité de vie intérieure, Frédéric Lenoir transmet ses connaissances philosophiques et spirituelles à travers un conte initiatique lumineux qui touche le coeur autant que l'intelligence.

     

     

    Mon avis: Ce livre fut mon livre de chevet durant deux années. Je suis une passionnée du fait religieux et de philosophie, et Frédéric Lenoir est un auteur que j'adore. D'ailleurs c'était mon premier livre de lui. Ce qui fait la force de cet ouvrage, c'est son message. Toutes les grandes religions et courants philosophiques du monde se sont réunis pour un débat. Là, il n'est pas question de converser sur leurs différences mais, bien au contraire, de discuter de leurs points communs, de ce qui les rassemble.

     

    L'âme Du Monde de Frédéric LenoirC'est fascinant, de découvrir que tous ces mouvements, qu'importe leurs croyances, se réunissent autour d'une même base. Dans n'importe quel chemin emprunté, l'humanité sera toujours d'accord sur ces sept principes et c'est ce que met en lumière Frédéric Lenoir dans son livre.

    Pour moi il n'y a pas meilleur conte initiatique pour un enfant. Il apprend des valeurs justes, nobles, honnêtes. Il apprend ce qu'est l'amour, l’altruisme, la liberté. Le livre se propose à tous: laïcs, religieux et autres professions de foi. Alors oui, beaucoup diront que ce livre n'est pas de haute portée philosophique, que c'est un roman qui s'adresse au grand public. Mais c'est grâce à ce genre d’œuvre qui justement parle à ce «grand public», que s'ouvre la voie vers d'autres lectures dites intellectuelles.

    Au niveau de l'histoire, je la considère inutile. Bien sûr, je sais qu'elle permet de toucher plus de monde, car derrière toutes ces paroles de sagesse, nous avons une intrigue, mais le livre aurait très bien pu se cantonner aux messages philosophiques qu'il n’en aurait pas moins été bien. Le style est vraiment adapté à tout niveau, c'est pour cela d'ailleurs qu'on le considère aussi comme un conte initiatique plutôt qu'un livre de philosophie à proprement parler.

     

    Citation:

    «Comme le disaient les anciens maîtres de la sagesse : Songe que chaque jour est une vie et hâte-toi de bien vivre, plutôt que de vouloir vivre longtemps sans te soucier de vivre selon le bien.»

     

    « Ne fais pas à autrui ce que tu ne veux pas qu'il te fasse. Cette règle d'or, présente dans toutes les cultures du monde, se fonde sur l'égoïsme pour faire comprendre la nécessité de l'altruisme.»

     

    http://ekladata.com/U3-T6TisANDv0_WGSo2Z43EGp18.pnghttp://ekladata.com/U3-T6TisANDv0_WGSo2Z43EGp18.pnghttp://ekladata.com/U3-T6TisANDv0_WGSo2Z43EGp18.pnghttp://ekladata.com/U3-T6TisANDv0_WGSo2Z43EGp18.png/5

     

    A lire Si Vous Aimez:

    -Les contes initiatiques

    -Les religions

    -La philosophie

    Bien à Vous
    ❦Murmure du Feu❦



     



     

    votre commentaire
  •  

     

    Albert Camus L'étranger

    Titre:L'étranger

    Auteur : Albert Camus

    Genre : Classique

    Publication 1942

    http://ekladata.com/U3-T6TisANDv0_WGSo2Z43EGp18.png

    5) Un Classique

     

    L'histoire:"Quand la sonnerie a encore retenti, que la porte du box s'est ouverte, c'est le silence de la salle qui est monté vers moi, le silence, et cette singulière sensation que j'ai eue lorsque j'ai constaté que le jeune journaliste avait détourné les yeux. Je n'ai pas regardé du côté de Marie. Je n'en ai pas eu le temps parce que le président m'a dit dans une forme bizarre que j'aurais la tête tranchée sur une place publique au nom du peuple français..."

     

    Mon avis: Je suis heureuse de retrouver le style que j'avais tant aimé dans la Peste. J'avoue m'être lancée dans l'étranger sur un coup de tête. Je n'ai même pas lu le résumé, du coup j'ai pu avoir une surprise totale.

     

    C'est un grand classique que beaucoup ont lu durant le lycée. Il est également un des récits classiques favoris des jeunes et je comprends pourquoi! L'ambiance est peu commune, on passe d'un asile à une prison. Le texte ne s'arrête pas sur des descriptions longues et ennuyeuses... Caractéristique des auteurs dit classique (ce qui nous fait frémir avant même de savoir sur lequel on va tomber)... Le sujet est actuel ou du moins on s'y plonge facilement.

     

    Compte tenu de l'histoire en elle-même je la trouve intrigante . Sa force majeure est son personnage principal. C'est lui qui fait de l’œuvre un grand classique.Pour commencer notre héro n'est jamais nommé, on sait que c'estAlbert Camus L'étranger un homme tout au plus. Nous ne savons rien de son passé, ou encore de sa nationalité. C'est pour moi une réussite que de mener un récit sans nommer son personnage principal. Le second point qui m'impressionne c'est le regard de ce dernier. On a l'impression qu'il est constamment déconnecté du monde. Il est présent mais pas au même moment que les autres. Pour expliquer mon propos j'ai le formidable souvenir d'une séance de théâtre que j'ai effectuée autrefois. C'était un exercice simple,chaque personne sur le plateau devait effectuer des gestes inspirés du quotidien de plus en plus rapidement. Une fois ensemble cela donnait une drôle de machine dans laquelle des rouages s'actionnaient. Puis j'avais été sélectionnée pour que à un moment précis de mon choix, je commence à marcher entre toutes les personnes d'un pas très lent entrant en contradiction avec ce monde qui s'accélère. J'évolue dans le même espace temps que les autres, mais je semble à part, comme une étrangère au sens de Simmel*, à la fois dans le monde car je suis humaine mais hors de celui ci car je suis une étrangère. Ici le personnage principal ma donné la même impression. Il est là présent, il communique mais semble toujours déconnecté en quelque sorte comme si il n'était jamais complètement là. Pourtant par d'autre moment j'y trouve la figure du contemplatif. Dans son monde il trouve le temps d'écouter autrui ce qui est vraiment intéressant. Tous viennent le voir, lui parle de leur problème. Dans sa déconnexion il semble posséder un pouvoir d’attraction.

     

    [* Simmel est un sociologue qui parle de l'étranger comme quelqu'un d'ailleurs qui a reçu une socialisation différente à la société dans laquelle il vit.]

     

    Quand je repense à ce récit, j'ai l'impression que notre personnage est en perpétuel état de choc. Le héro perd sa maman au début de l'histoire. C'est notre point de départ dans lequel tous les événements inconsciemment ou non vont s'enchaîner. Jusqu'au dernier moment Albert Camus maintient cet esprit.

     

    Albert Camus L'étranger [Spoil] Le personnage est donc condamné à mort pour son meurtre. La mort dans cet ouvrage, semble être le salut de notre personnage. On le remarque surtout dans les dernières lignes: notre homme s'approche de sa liberté en même temps qu'il avance vers la guillotine. Il comprend que sa mère elle-même avait ressentie ce sentiments à l'approche de son propre décès et il y trouve une sérénité. Je remarque également que l’œuvre s'ouvre sur la mort et se referme sur une mort au sens physique du terme. Si je poursuis ma pensée je serai tentée de dire que le récit ne se ferme pas du tout sur la mort, mais bien au contraire, il s'achève sur la vie. Les pensées de notre personnage le confirment «Si près de la mort, maman devait s'y sentir libérée et prête à tout revivre. Personne, personne n'avait le droit de pleurer sur elle. Et moi aussi, je me suis senti prêt à tout revivre.» [Spoil]

     

    Pour terminer j'aimerai encore parler d'un personnage qui m'intrigue c'est Maria. Son rôle n'est pas vraiment développé pourtant sa présence est nécessaire au héro. Elle semble complètement folle, elle aime un homme qui ne fait pas attention à elle. Un de leur dialogue m'a profondément choquée. Elle le demande en mariage est ce dernier répond Oui mais sans émotion, bref ils discutent et à la fin elle lui demande si, cette proposition avait été faite par une autre aurait-il eu la même réponse et il lui dit: Probablement. Personnellement moi je n'accepterais ce genre de comportement. Enfin c'est ce qui fait mon intérêt pour ce personnage qui m'a l'air encore plus perdu que lui.

    Derrière un histoire poignante découvrez le monde tel que vous ne l'avez jamais vu, comme si vous étiez un étranger.

    This gent didn’t wait to see if he was convicted and sentenced ...

    Ma note: http://ekladata.com/U3-T6TisANDv0_WGSo2Z43EGp18.pnghttp://ekladata.com/U3-T6TisANDv0_WGSo2Z43EGp18.pnghttp://ekladata.com/U3-T6TisANDv0_WGSo2Z43EGp18.pnghttp://ekladata.com/U3-T6TisANDv0_WGSo2Z43EGp18.pnghttp://ekladata.com/U3-T6TisANDv0_WGSo2Z43EGp18.png/5

     

     

    A lire si vous aimez:

    -Les classique

    - Les histoires déconcertante

    - L’ode à la vie

     

    Bien à Vous
    ❦Murmure du Feu❦

     


    votre commentaire
  •  

     

    Titre: Jamais sans ma fille

     Auteurs: Betty Mahmoody & William Hoffer

     Genre: Témoignage 

    Publié: 1989

     

    28) Un livre qui appartient à un genre que vous ne lisez pas habituellement

     

    L'histoire: 3 août 1984... Dans l'avion qui l'emmène à Téhéran avec son mari, d'origine iranienne, et sa fille, pour quinze jours de vacances, Betty a le sentiment d'avoir commis une erreur irréparable...

     

    Quelques jours plus tard, son existence bascule dans le cauchemar. Le verdict tombe: "Tu ne quitteras jamais l'Iran! Tu y resteras jusqu'à ta mort." En proie au pouvoir insondable du fanatisme religieux, son mari se transforme en geôlier.
    Elle n'a désormais qu'un objectif: rentrer chez elle, aux Etats-Unis, avec sa fille. Quitter ce pays déchiré par la guerre et les outrances archaïques: ce monde incohérent où la femme n'existe pas.
    Pour reconquérir sa liberté, Betty mènera deux ans de lutte incessante. Humiliations, séquestration, chantage, violences physiques et morales. Rien ne lui sera épargné.

     

    Mon avis: Bouleversant, choquant, prenant. Je n'avais encore jamais lu de témoignage mais ce dernier m'a vraiment émue. Nous découvrons une partie  du monde, qui est vraiment effrayante. C'est l'histoire de Betty une maman américaine qui se retrouve prisonnière en Iran, pays de son mari. Au début tout cela ne devait être qu'un voyage de quelques semaines, dans lequel la jeune femme doit s'adapter à de nombreuses  différences culturelles. Sans prévenir, le voyage s'éternise et elle se retrouve petit à petit piégée dans une société qui s'organise totalement en opposition des valeurs américaines.  Trahie par son mari qu'elle pensait connaître au bout de sept années de mariage, elle  organise sa fuite.  Nous découvrons à travers ces pages, son histoire, celui d'un combat permanent pour la liberté. Nous suivons ses échecs, ses humiliations, ses craintes et son désespoir. C'est une descente en enfer, qui se lit comme un Thriller. Mais n'oublions pas  que ceci c'est vraiment passé!

    Je suis subjuguée des changements soudain de Moody. Comment l'esprit humain peux-t-il  passer d'un extrême à l'autre ? Et comment n'a-t-elle pu rien voir. Au fils de nombreuses interrogations et remémorations Betty s’aperçoit que ce changement est un processus qui dure depuis au moins un an.  Mais l'amour est aveugle comme on le dit si bien. Et, Betty ne voit rien, et même là bas, elle met un temps à s'en rendre compte. C'est tout de même très difficile à imaginer, Un homme rempli de bonté, aimant et médecin qui devient en si peu de temps un être méprisent fainéant et cruel.

    Je suis véritablement impressionnée du courage de cette femme, qui lutte durant deux années. Malgré la soumission, elle garde la tête haute, ne plie pas et chercher dès que possible à s'enfuir. Même si elle sait que en cas d'échec c'est la mort qui l'attend. Elle tente tout pour rentrer avec sa fille, et ne l'abandonnera jamais (car elle aurait pu partir, seule). Sa fille Mathob qui de son jeune âge est très courageuse, et ne se soumet pas comprend l'importance des situations et lutte du mieux qu'elle peut auprès de sa mère.

    Le pire dans tout ça, c'est que cet ouvrage reste actuel. Je n'arrive d'ailleurs pas à croire que l’ambassade n'arrive pas à l'aider, enfin c'est bien pour cela qu'elles existent non? Faut croire que avant ce n'était pas aussi simple... Ce qui rend ce livre cauchemardesque c'est qu'aujourd'hui encore des femmes sont kidnappées et enfermées sous leurs voiles d’ignorance et de soumission.  Betty est une chanceuse qui a rencontrer des gens qui ont su l'aider dans ce terrible voyage pour la liberté .

    Découvrez avec effroi l'histoire bouleversante d'une femme qui a réussi à se sauver!

     

    Ma note: http://ekladata.com/U3-T6TisANDv0_WGSo2Z43EGp18.pnghttp://ekladata.com/U3-T6TisANDv0_WGSo2Z43EGp18.pnghttp://ekladata.com/U3-T6TisANDv0_WGSo2Z43EGp18.pnghttp://ekladata.com/U3-T6TisANDv0_WGSo2Z43EGp18.pnghttp://ekladata.com/U3-T6TisANDv0_WGSo2Z43EGp18.png/5

     

     

    A lire si vous aimez:

    -Les témoignages

    - Les dénonciations

    -Le fait religieux

     

    Bien à Vous
    ❦Murmure du Feu❦

     

     

     

     

     

     


    1 commentaire
  •  

    Alice In Wonderland

     Titre: Alice in Wonderland

    Auteur: Lewis Carroll

    Genre: Conte

    Edition: Puffin Chalk

    Prix: 9 euros

    8) Un livre dans une langue étrangère

    Alice In WonderlandL'histoire: Quand le Lapin sortit une montre de son gousset, la regarda et reprit sa course, Alice se leva d'un bond car, en un éclair, elle réalisa qu'elle n'avait jamais vu un lapin avec un gousset et une montre à en sortir. Dévorée de curiosité, elle le suivit à travers champs, et eut juste le temps de le voir s'engouffrer dans un vaste terrier sous la haie. " Pourquoi Alice s'étonnerait-elle alors de rencontrer chemin faisant une Reine de Cœur, un Griffon, un Chapelier, un Lièvre de Mars ou de prendre le thé chez les fous ? C'est au pays des merveilles que l'a entraînée le lapin blanc, un pays où elle ne cesse de changer de taille, et où tout peut arriver. Un pays que Lewis Carroll met en scène avec une rigueur impeccable dans la loufoquerie. Loin de la mièvrerie du conte enfantin, cette nouvelle traduction restitue au texte anglais toute sa verdeur mathématique.

     

    Alice in Wonderland, comment parler d'un livre qui berce ma vie. J'adore absolument tout de cette histoire: ce monde qui s’érige à l'inverse du notre , son voyage initiatique qui parle autant à un enfant qu'à un adulte et sesAlice In Wonderland références historiques. Je me souviens d'une époque ou je n'aimais pas ce roman. J'avais vu comme beaucoup la version de Disney et j'avais détesté, ce monde me faisait peur, il était sans logique et j'avais peur comme Alice car personne ne la comprenait. Finalement cela représentait ma vision enfantine du monde des adultes. Puis j'ai vu le film de Tim Burton et j'en suis tombée amoureuse. Je ne voyais plus le pays des Merveilles comme un lieu terrifiant mais comme un lieu oserai-je le dire merveilleux, où tout ce qui échappe àl'esprit devient possible. Immédiatement je lis le livre original et j'en tombe amoureuse. Au point même de commencer à boire du thé pour faire comme chez le chapelier fou. C'est un endroit extraordinaire, ou l'on rencontre des personnages fous, étranges, originaux et admirables à la fois. On passe de situation en situation, on court après le temps sans même connaître l'heure actuelle. On est dans un voyage initiatique qui semble détruit dès son agencement si bien que c'est une histoire sans fin comme le terrier du lapin.

    Alice In Wonderland 

    Le milieu du rêve est vraiment bien encré dans ce livre, surtout à la fin durant le procès d'Alice. Un procès qui n'a ni queue ni tête. On est vraiment dépaysé durant toute l'histoire. On retrouve également la thématique du jeu avec les cartes, la partie de cache cache, l'heure du thé qui représente aussi le goûter, les échecs (par la suite dans l'autre côté du miroir). On cherche une logique ou il n'y en a pas. On cherche comme Alice à être polie, à faire ce que notre apprentissage nous a enseigné mais au final cela est vain puisque ce monde est basé sur des valeurs différentes du notre.

    Alice In Wonderland

    Du niveau des personnages je les aimes tous même les oubliés. J'adore le lapin blanc parce que j'aime les montres et tout ce qui se rapporte au temps mais aussi parce que j'adore follement les lapins. Je ne suis pas une grande fan du chapelier fou et d' Alice même si ils sont chers à mon cœur. Et j'aime bien la reine de coeur! Oui pourquoi tout le monde dit qu'elle est méchante alors qu'elle n'est qu'une charade?

    Alice In Wonderland


    Ce que j'adore également dans cette œuvre c'est sa praticité. Elle reste moderne et possède de nombreuses adaptations. Par la pluralité des événements qui s'y produisent on peut aisément y faire allusion sans en devenirtrop lourd. Qui n'a pas déjà vu une référence à Alice au pays des merveilles dans une série, un film ou un jeux vidéo? C'est ce qui rend l’œuvre magistrale même après 150 ans elle continue de nous parler et de nous émerveiller. C'est notamment grâce à sa force de caractère mais aussi sur la joute verbale que les deux Aliceengagent. Léwis Carrol nous l'explique clairement: pour lui il y a une grande différence entre ce que l'on pense et la parole qui est donnée. Ainsi dans Alice il recherche une liberté d'interprétation. Chacun peut y trouver son compte dans les dialogues et ça c'est juste magique.

    Alice In Wonderland

    Bien que cela m'est rendu septique sur le film de Tim Burton je le remercie pour m'avoir fait découvrir ce chef d’œuvre qui guide mes pas. Le lire en anglais ne m'a posé aucun problème je l'avais déjà lu deux ans auparavant dans une version bilingue et, le relire à été un plaisir pour moi de retourner à Wonderland.

     

    Citation: "How do you know i'm mad said Alice. You must be said the cat or you wouldn't have come here"

     

    Alice In Wonderland

    Ma note:

    Ma note: http://ekladata.com/U3-T6TisANDv0_WGSo2Z43EGp18.pnghttp://ekladata.com/U3-T6TisANDv0_WGSo2Z43EGp18.pnghttp://ekladata.com/U3-T6TisANDv0_WGSo2Z43EGp18.pnghttp://ekladata.com/U3-T6TisANDv0_WGSo2Z43EGp18.pnghttp://ekladata.com/U3-T6TisANDv0_WGSo2Z43EGp18.png/5

     

    A lire Si Vous aimez:

    -  Les contes

    - L'imaginaire

    -Les histoires farfelues

     

    Bien à Vous
    ❦Murmure du Feu❦

     


    votre commentaire
  •  

    Le plus petit baiser jamais recensé de Mathias Malieu

     

    Titre: Le plus petit baiser jamais recensé

    Auteur: Mathias Malzieu

    Edition: Jai lu

    Prix: 6 euro

    Genre: Contemporain / Poésie

     

    4) Un livre de poche

     

    Résumé:L'histoire d'amour entre une fille qui disparaît quand on l'embrasse et un inventeur dépressif. Alors qu'ils échangent le plus petit baiser jamais recensé, elle se volatilise. Aidé d'un détective à la retraite et d'un perroquet hors du commun, l'inventeur part à sa recherche.

     

    Le plus petit baiser jamais recensé de Mathias MalieuMon avis: Original mais trop court! Voilà les deux mots qui qualifient cette lecture. Je suis très heureuse d'avoir pu lire ce petit ouvrage. Mathieu Malzieu possède une plume enfantine qui me fait rêver à chaque fois. J'adore les personnages délirants qu'il crée... Mais je suis vraiment déçue que ce petit livre n'approfondisse pas plus la thématique de l'amour. Cela dit j'adore les comparaisons qu'il en fait avec la nourriture et notamment la pâtisserie. Comme la fille qui disparaît quand on l'embrasse, l'amour est présent et invisible à la fois. Ainsi comment qualifier ce sentiment si tout semble invisibleLe plus petit baiser jamais recensé de Mathias Malieu à nos yeux? Et c'est finalement la quête de notre inventeur dépressif: mettre des mots et des sensations qui par comparaison définissent ce que l'on ne pouvait exprimer. Là intervient la pâtisserie, mais aussi les odeurs, les sensations. Ces comparaisons ont un rôle lyrique et fantastique qui comme la chantilly viennent apporter de la légèreté et de la douceur à ce petit gâteau que nous dévorons des yeux.

     

    Dans un monde un peu loufoque évolue une relation des plus étrange. Un joli roman qui nous permet de passer un bon moment. Pour conclure je dirais que loin d'être tiré par les cheveux avec une fin qui reste prévisible Mathieu Malzieu crée un joli décor avec une petite histoire très romantique qui me fait penser aux contes de noël. Un peu de fraîcheur parmi cette chaleur saisonnière.

     

    Citation:

    "Puis-je savoir quelle est votre dernière invention? demanda-t-il.

    -Un pistolet à grenouilles.

    -Pardon ?

    -Oui oui ! On peut mettre six rainettes dans le barillet. Le viseur est celui d'un appareil photo en plastique car la précision n'est pas le but principal de l'opération.

    -Et quel est le but principal de l'opération?

    -La surprise.

    -Et ça marche ?

    - A tous les coups !

    -Vous voyez vous ne devriez pas déprimer...

    -C'est pas faux" p20

     

    "Quatre heures du matin, l'heure du goûter nocturne. Mon bonbon fourré au plus petit baiser jamais recensé était prêt. Je le déposai sur ma langue. Il fondit comme on exploserait! J'avais presque l'impression d'embrasser la fille invisible à distance. Presque. " p42

     

     

    Le plus petit baiser jamais recensé de Mathias Malieu

    Ma note: http://ekladata.com/U3-T6TisANDv0_WGSo2Z43EGp18.pnghttp://ekladata.com/U3-T6TisANDv0_WGSo2Z43EGp18.pnghttp://ekladata.com/U3-T6TisANDv0_WGSo2Z43EGp18.png/5

     

    A lire Si Vous aimez:

    -  Les histoires d'amour

    - La poésie pâtissière

    -Les histoires farfelues

     

    Bien à Vous
    ❦Murmure du Feu❦

     

     


    1 commentaire