•  

     

     

    Madame Bovary

    Gustave Flaubert

    15 Décembre 1856

     

     Pour son malheur, Emma Bovary est née femme et vit en province. Mère de famille contrainte de demeurer au foyer, elle mène une existence médiocre auprès d'un mari insignifiant. Pourtant, Emma est nourrie de lectures romantiques et rêve d'aventures, de liberté et surtout de passion. L'ennui qui la ronge n'en est que plus violent, au point de la pousser à l'adultère.

    Madame Bovary de Gustave Flaubert

    Carl Holsoe La liseuse

    «Elle était l'amoureuse de tous les romans, l'héroïne de tous les drames, le vague elle de tous les volumes de vers»

     

    Chère Emma Bovary, femme insatisfaite et rêveuse qui connaîtra un dessin aussi disgracieux et prévisible, que les romans d'amour qu'elle affectionne tant.

    Gustave Flaubert utilise les mots, et les détails de son quotidien, pour dépasser l'art imaginaire et faire de son roman une œuvre d'un réalisme profond, transformant son histoire en un fait divers, semblable aux commérages que l'on pourrait faire lors d'une réception. Cette impression Flaubert nous l'offre dès l’incipit, où l'auteur s'inclue dans les camarades de classes de Charles Bovary à travers ce «nous» (à moins que celui renvoi au conteur) avant de disparaître dans la narration du roman dans lequel il se laisse apercevoir dans quelques passages. Ces petites remarques crées par l'auteur, permettent à la fois d'appuyer sur la véracité de ses faits tout en nous rappelant que ce récit est raconté ce qui ajoute sans doute à l'effet réaliste. Les personnages ressemblent à des personnes en tout point, avec des fonctions et des descriptions qui correspondent aux réalités historiques. De plus, nous savons que Flaubert s'est inspiré de personnes réelles .

     

    Madame Bovary de Gustave Flaubert 

    Niccolo Renieri JF - Au miroir

    La beauté et la force de ce roman, tient certainement, dans ce choix stylistique soutenu par le rythme binaire du roman: Chaque épisode de la vie de madame Bovary, se lit comme un tableau. On passe des petits objets qui composent les bordures du cadre, à l'ambiance et aux décors, dans lequel les personnages apparaissent un à un, et toujours en son centre madame Bovary décrite dans les moindre détails.«Emma fit sa toilette avec la conscience méticuleuse d'une actrice à son début» Une fois que tout est mis en place, telle une pièce les personnages s'animent.

    Deux parties l'une statique et l'autre active, admirablement entremêlées comme les mouvements d'une symphonie, transforment chaque chapitre en un tableau unique animé par cette musicalité qui les lies les un aux autres.

     

    «Son coeur, comme les gens qui ne peuvent endurer qu'une certaine dose de musique, s'assoupissait d'indifférence au vacarme d'un amour dont il ne distinguait plus les délicatesses.» 

    La vie de cette femme nous apparaît comme une exposition de moment, de souvenir. Nous avons accès à toutes ses pensées et par ce fait, nous devenons les juges silencieux de son purgatoire.

     

    Madame Bovary, un personnage par ailleurs complexe. Enfin sa complexité ne tiens que du fait qu'elle accorde trop d'importance aux regards des autres. C'est une femme in-contentée. Elle souhaite connaître la vie romanesque, mais quand un prétendant qui pourrait l'amener dans ce milieu se présente, elle choisit M.Bovary. On pense alors que c'est pour l'amour, mais rien de cela. Ces deux personnes sont opposées. Elle vit dans l'avenir le rêve et fuit dans les livres d'amour la réalité. Alors que Charles est établi dans le présent est de nature rationnelle et aime son métier et sa vie.Elle connaîtra un soir, les délices de la haute société, avant que la réalité ne l'a rappelle à son triste sort. C'est avec ses rêves brisés qu'elle finit par s'ennuyer de tout, n'ayant plus qu'un désir: celui de l'amour. L'amour se présente à plusieurs reprises, mais chaque fois il se soldera par des échecs qui la glisseront dans le désespoir et la mélancolie. Emma Bovary est un personnage antipathique mais auquel on finit par s’attacher tout de même. Après tout, nous avons tous une part de nous en elle. Nous rêvons tous de ce que nous n'avons pas, ou encore, d'être quelqu'un d'autre le temps d'une soirée...

    Charles Bovary lui est un personnage misérable. C'est d'ailleurs toujours en contraste avec Emma qu'il apparaît. «Et Charles lui semblait aussi détaché de sa vie, aussi absent pour toujours, aussi impossible et anéanti, que s'il allait mourir et qu'il eût agonisé sous ses yeux.» C'est un triomphe que d'avoir réussit à faire vivre cet homme qui durant tout l'ouvrage est présent physiquement et à fois absent de ce monde, excepté les moments où il est question de médecine. Je trouve par ailleurs, que concernant, le travail des corps,que ce soit dans la description des maladies, ou encore sur le déplacement, la posture des personnes est splendide et recherchée. Il fait preuve à nouveau d'un véritable réalisme proche des manuels de science ou de médecine tout en conservant un registre agréable au lecteur.

     

    Gustave Flaubert, un écrivain consciencieux qui transforme le quotidien d'une vie en un splendide tableau psychologique aux intrigues bouleversantes, et un sens du drame impressionnant. «Un infini de passion peut tenir dans une minute, comme une foule dans un petit espace».

     

    Madame Bovary de Gustave Flaubert 

    Albert-Fourié La mort de Madame Bovary  Huile sur toile 1883.

    Citations :

    «Quelle meilleure chose, en effet, que d'être le soir au coin du feu avec un livre, pendant que le vent bat les carreaux, que la lampe brûle.»

    «Et le charme de la nouveauté, peu à peu tombant comme un vêtement, laissait voir à nu l'éternelle monotonie de la passion, qui a toujours les mêmes formes et le même langage.»

    «Oh ! C'est que je t'aime ! Reprenait-elle, je t'aime à ne pas pouvoir me passer de toi, sais-tu bien? J'ai quelques fois des envies de te revoir ou toutes les colères de l'amour me déchirent. Je me demande : « où est-il ? Peut-être il parle à d'autres femmes ? Elles lui sourient, il s'approche… » Oh! Non, n'est-ce pas, aucune ne te plaît ? Il y en a de plus belle, mais, moi je sais mieux aimer! Je suis ta servante et ta concubine ! Tu es mon roi, mon idole ! Tu es bon ! Tu es beau ! Tu es intelligent ! Tu es fort»

    «Alors elle s'était tue, avalant sa rage dans un stoïcisme muet, qu'elle garda jusqu'à sa mort.»

     

    Instant Musical : Madame Bovary OST du film de Sophie Barthes

     

     

    Bien à Vous 

    Murmure du Feu❦



     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique