• Conte d'une Grand mère japonaise

     

    Couverture Contes d'une grand-mère japonaise

     

    Titre:Conte d'une grand-mère Japonaise

    Auteur: Yveline Féray

    Édition: Philippe Picquier

    prix: 13,50 €

     

     

     L'histoire: Une grand-mère japonaise est partie à la recherche de contes, certains rares et peu connus, avec l'espoir de voir briller l'étincelle sans laquelle il n'est peint d'histoire. Et puisqu'il faut bien un commencement, ce sont d'abord les mythes fondateurs d'une nature peuplée de divinités, où la déesse du Soleil tient la première place, comme il se doit au Pays du Soleil levant. Suivent ensuite, autres pépites sur le chemin de la conteuse, une Cendrillon japonaise du Xe siècle et des récits mettant en scène samouraïs, moines bouddhistes, jeunes dames brodant de poèmes leur solitude, spectres et fantômes.
    Enfin, pour terminer,un miroir nous propose un proverbe à méditer : Le miroir est l'âme de la femme comme le sabre est l'âme du guerrier.

     

    Mon avis:Le japon, pays du soleil levant, pays de mon cœur. Qu'y a-t-il de mieux pour connaître une culture que de lire les contes qu'elle* écrit? Ainsi tombant par hasard sur cet ouvrage, je m'en emparais pour en savourer le contenu. Ce recueil rassemble divers contes traditionnels japonais. Il est donc difficile de faire une critique pour chacune des histoires que le livre contient. Je parlerai donc de ceux qui m'ont le plus marquée.

     

    Le livre s'ouvre sur l'origine du monde d'après le taoïsme:Kami Yo, l'âge des Kami. Un kami n'est pas un dieu, il est «un être placé plus haut et vénéré», mais il n'est en aucun cas considéré par les japonais comme un Dieu. Un peu comme pour le peuple Azandé ai-je pensé en lisant cela. Ces kamis sont donc à l'origine de notre monde, ils l'ont crée et organisé. Je fus surprise de voir à quel point ce récit est proche du mythe de Gaïa. Je ne peux m'empêcher de me demander si il n'y a pas eu une quelconque influence grecque dans ce conte. De surplus,après nous avoir expliqué comment le monde fut créé, on nous raconte la vie des Kami et on apprend l'existence du Yomi, qui représente les enfers. Un des Kami va y descendre afin de récupérer une Kami. Ça ne vous rappelle pas une certaine histoire? Le mythe d'Orphée ou encore Perséphone (car la Kami ne peut quitter ce monde, car elle a goûté à la nourriture souterraine)... Je suis persuadée que les passionnés de la Grèce antique adoreront comparer ce mythe avec ceux qu'ils aiment déjà tant.

     

    Le second conte hachi no ki, les arbres en pot, était magnifique, c'est l'histoire d'un couple pauvre qui, par une terrible tempête de neige, recueil un moine. Je n'en dis plus, mais la beauté de ce dernier vous transportera, par sa sagesse et son histoire.

     

    Le dernier dont je voudrais vous parler et celui de ochibuko no kimi, la dame d'en bas. Bien que l'histoire possède un schéma classique( une jeune fille délaissée par sa famille qui rencontre un beau jeune homme riche), il m'a permis d'en apprendre plus sur le rite du mariage chez les japonais: Les prétendants s'échangent des poèmes, puis durant une période particulière se passe des visites nocturnes ou les amants apprennent à se connaître. A la fin de chaque nuit, ils doivent s’échanger des poèmes spécifiques afin que la famille sache ce qu'il s'est passé. C'est la Kita no Kata. Puis dans la période qui suit, les futur maris doivent rencontrer la famille et recevoir l'accord du père durant le mukotori. Et enfin le mariage est célébré durant le tokoroawashi. Rien que pour ça, je ne regrette pas d'avoir lu ce livre! Je trouve cela passionnant et ça me rappelle les visites nocturnes des Na de chine ou encore, le besoin d'un accord du père que l'on retrouve dans beaucoup de sociétés y compris la nôtre. Bien sûr, le mariage chez les japonais a évolué et ne se présente plus comme ça. Mais j'étais contente de découvrir cette facette du Japon. Par contre, un aspect m'a dérangé sur ce conte en particulier:

     

    [Spoil] Lorsqu'elle rencontre le beau jeune homme durant les visites nocturnes sans l'avoir rencontré auparavant, elle se fait littéralement violer! Deux nuits plus tard, elle l'aime... c'est pas le syndrome de Stockholm ça? [Spoil]

     

    J'en ai maintenant assez dit et j'espère vous donner l'envie de lire ce livre. Le style d' Yveline et remarquable: il est fidèle aux textes originaux, tout en étant facile d'accès. Chaque chapitre reçoit des notes précises et un petit avant-propos qui explique le contexte dans lequel le conte a été écrit. A la fin du livre sont suggérés plusieurs ouvrages si vous voulez approfondir votre connaissance sur la culture japonaise! Je ne manquerai pas d'y piquer quelques titres de livres! Si vous êtes un otaku ou juste intrigué par ce pays, je vous recommande la lecture de ce livre.

     

    Ma note 16/20

     

    A lire Si Vous Aimez:

     -Le japon

    -Les mythes et contes

    -Les histoires de fantômes.

     

     

    Bien à Vous

      Murmure Du feu ❦

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :