• Acide Sulfurique, Amélie Nothomb

     

     

     

     

     

     

    Acide Sulfurique

     

     

     

    «Vint le moment où la souffrance des autres ne leur suffit plus : il leur en fallut le spectacle». Seul phrase que nous dévoile l'auteur dans sa quatrième de couverture. Intrigué c'est donc par ce livre d'Amélie Nothomb que je décidais de poursuivre mes lectures d'été, mettant un peu de coté ma liste que je vous avez donnée. Le souffle coupé je découvrais peu à peu cette histoire aussi terrifiante que proche du réel. Un matin sans un bruit, de nombreuses personnes se retrouvent capturées et emmenées dans un camps. Là commence leur souffrance. Ce camps est en réalité une nouvelle émission de télévision nommé «Concentration» qui a pour but de martyriser les hommes et femmes prisonniers à la manière des Nazis durant la seconde guerre mondiale.

     

    Histoire qui choque dès les premières lignes, imaginez-vous du jour au lendemain enfermé dans un lieu durant un an où vous savez que la mort vous attend. De plus, le fait que cela soit fait pour de la téléréalité rend le scénario horrible. Cela nous montre de manière sordide le reflet de notre société. Vous aimez peut être regarder secret story ou encore des jeux dans lequel on tourne des personnes au ridicule? Finalement ce plaisir pervers poussé à l’extrême pourrait-il pas faire un jour naitre ce genre de télé réalité dont il est question dans ce livre? D'abord il s'agirait de gens qui se font peur, ou encore torturés durant quelques heures, puis cela s’empirerait jusqu'à des émission telles que celle ci. Cette nouvelle émission au concept barbare n'existe d'ailleurs que dans un but, savoir jusqu'où pourrais monter l'audience, jusqu'où les gens regarderont la misère des malheureux prisonniers, comment le monde réagira dans cette tragédie? Et c'est bien là le désastre c'est que personne ne se rebelle, tous se contentent de regarder, sans réagir, parfois meme avec complaisance. Tous tel des moutons succombent peu à peu à se vice qu'est de voir les gens souffrir comme si cela donnait un but à leurs existences «vides». Le livre permet une réelle remise en question de soit face à l'effet de masse: Aurais-je succombé est visionner ce show? Jusqu'où j'aurais pu aller? Aurais-je pu être un bourreau?
    Également dans ce roman nous voyons évoluer les Kapos, des personnes au chômage à qui on propose le poste de bourreau. Ce sont eux qui devront châtier les prisonniers et décider qui devra vivre ou non. Parmi eux nous rencontrons le personnage de Zdena et nous suivrons son évolution en même temps que notre héroïne CKZ114.

     

    Bon , malgrés que je sois frappée par le concept de ce livre j'aimerais maintenant formuler ce qui m'a déplu. Pour cela je dois vous dévoiler la fin du livre ainsi pour ce qui souhaite continuer la lecture lisez la partie entre les balises [Spoil] sinon veuillez vous reporter à la fin de cette balise

     

     

     

    [Spoil] La fin m'a beaucoup déplue. Il s'agit d'un happy ending ne collant absolument pas à la situation. Pour ceux qui n'auraient pas lu le livre je vous explique : CKZ114 demande au public de voter pour elle, afin de l'envoyer à la mort. Zdena qui entre temps c'est nouée d'une véritable passion et fascination pour elle tente de la sauver en prétextant avoir crée une bombe via de l'acide sulfurique. Là sa ne colle pas, directement l'état envoit ses soldats pour délivrer les prisonniers et arrêter l'émission ! Ce qui est incohérent, l'état était d'accord sur le concept de base qui est de tuer les prisonniers petit à petit sur une période d'un an à la manière des nazis donc à partir du moment ou il n'accordent par d'importance à la vie de ces gens, vous ne pouvez croire que c'est une menace de tout faire exploser qui fait qu'il se réveillent et arrêtent l'émission! C'est prendre le lecteur pour un imbécile. Si ça ne les gêne pas d'envoyer des innocents à la mort, ca ne devrais pas les gêner de voir ces gens exploser puisque dans tout les cas ils allaient mourir! C'est vraiment la faiblesse de ne pas pouvoir tuer ses personnages. Enfin bon c'est son parti prit. [Spoil]

     

     

     

    Pour finir je recommande tout de même ce livre, mais soyez avertis il n'est pas des plus aisé à lire, je le décommande aux personnes sensible car les conditions de vie des prisonniers rappelant les pires heures de notre histoire.

     

     

     

    Citation: «Si tu parles, tu meurs, si tu ne parles pas tu meurs. Alors parle et meurs.»

     

     

     

    Note 13/20

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :